02123946 - InfoFévrier2024
Linked in

LE MOUVEMENT QUÉBEC INDÉPENDANT

vous invite

LE 24 FÉVRIER C'EST UN RENDEZ-VOUS !

PARUTION DU NUMÉRO 3.4 DU MAGAZINE

Voir la table des matières 

 

Pour s'abonner sur le site du MQI 

  

NOUVELLES DU MQI

RENCONTRE DU 14 JANVIER. Nous avons débuté la première rencontre de l'année 2024, par un mini-concert d'Alexandre Belliard dont les chansons nous ont parlé notamment des figures indépendantistes de Jacques Parizeau et de Pierre Falardeau. Par la suite, les membres du comité de coordination du MQI ont animé trois ateliers avec la quarantaine de participants présents. Nous avons recueillis de nombreuses suggestions quant au contenu du magazine, aux thèmes des prochaines rencontres, ainsi des façons de favoriser la convergence des indépendantistes. Marie-Anne Alepin, président de la SSJBM a conclu la rencontre en nous présentant ses idées sur la convergence indépendantiste qu'elle juge urgente et incontournable pour la réalisation de l'indépendance. Elle propose d'y arriver dans des action faisant appel à tous quelle que soit leur allégeance partisane

RENOUVELLEMENTS. Plusieurs abonnements au magazine OUI JE le VEUX! se terminent avec la parution du numéro 3.4. D'autres seront échus avec le numéro 4.1 en préparation pour diffusion en mai prochain. Les membres concernés recevront un message les invitant à se réabonner.

CAMPAGNE DE SOCIOFINANCEMENT EN SOUTIEN AU MAGAZINE. Au cours du mois de février démarrera une campagne de soutient au magazine auprès des organisations et des personnes sympathiques à la cause de l'indépendance. Du succès de cette campagne dépend le maintien de la version imprimée du magazine, le favori de plusieurs mais plus coûteux que la version numérique. Le soutient au magazine sera accompagné d'une version numérique renouvelée plus conviviale qu'un simple PDF qui permet le feuilletage et diverse opérations sur les textes du magazine.

ACTUALITÉS DANS NOS MAGAZINES

LOYAUTÉS DIVERGENTES.

Selon une récente étude de l'Association d'études canadiennes (AEC) auprès de 1843 répondants, les Québécois francophones et anglophones ont toujours des loyautés divergentes envers le Québec et le Canada, et ce, quelle que soit la génération à laquelle ils appartiennent.

Environ 62 % des anglophones se disent « très attachés » au Canada, contre seulement 29,5 % de leurs concitoyens de langue française. Inversement, 24 % des Québécois de langue anglaise se disent « très attachés » au Québec, comparativement à 54 % de leurs pendants francophones.

On note aussi de fortes divergences également quant à l'attitude envers la laïcité. L'appui à la laïcité s'élève à 60 % chez les francophones et à 33,3 % chez les anglophones.

Ces données expliquent bien pourquoi le Canada anglais et le gouvernement d'Ottawa ont l'intention de contester les lois du Québec sur la Charte du français (loi 96) et sur la laïcité de l'État (loi 21) jusqu'en Cour suprême du Canada. Nous n'avons pas les mêmes valeurs et il faut nous donner un pays conforme à nos valeurs.

 

FILIÈRE BATTERIES : LE CANADA AVANTAGE L'ONTARIO

Encore une fois, le Québec se fait damer le pion par l'Ontario grâce à l'intervention d'Ottawa. En effet, Volkswagen devait initialement établir au Québec son usine de fabrication de batteries, l'étape avec la plus grande valeur ajoutée. Mais le gouvernement d'Ottawa a allongé 13 milliards de dollars pour convaincre Volkswagen de s'établir en Ontario. Au Québec, nous obtenons un prix de consolation avec 4,44 milliards de dollars de la part d'Ottawa pour Northvolt, une usine de fabrication de cathodes qui est une étape plus polluante et constituant seulement un des intrants pour les batteries.

Combien de fois encore accepterons-nous que nos taxes et impôts à Ottawa soient utilisés contre nous? Nous avons tout avantage, premièrement, à rapatrier tous nos impôts pour être indépendants lors des négociations avec les multinationales et, deuxièmement, à revoir cette stratégie de surenchère éhontée de subventions avec l'argent du peuple qui ne fait qu'enrichir de richissimes entreprises.

INJUSTICE DU FINANCEMENT D'OTTAWA POUR LA PRODUCTION TÉLÉVISUELLE

Les productions télévisuelles du Québec défoncent les cotes d'écoute alors que celles du côté anglophone sont déclassées par les émissions en provenance des États-Unis. Pour la saison 2021-2022, 29 productions québécoises ont dépassé le million de téléspectateurs alors que seulement 2 émissions canadiennes ont franchi cette barre symbolique dans le marché anglophone, pourtant quatre fois plus populeux.

La télévision anglo-canadienne peut compter pourtant sur un financement public fédéral deux fois plus important que celui qui est accordé à la télévision du Québec, ce que révèle le rapport publié cet automne par le Fonds des médias du Canada (FMC), l'un de principaux bailleurs de fonds de l'industrie.

L'enveloppe accordée aux producteurs francophones se divisant entre davantage de projets, ceux-ci recevaient en 2022-2023 presque quatre fois moins d'argent du FMC pour produire une heure de télévision que leurs collègues anglophones.

Cette situation inquiétante pour l'essor de la culture et de l'identité québécoises ne pourra être corrigée que par la prise en main par le Québec de l'ensemble du soutien aux industries culturelles.​

OTTAWA CESSERA LES SUBVENTIONA AU PÉTROLE ...QUI SONT INEFFICACES

Devant la contestation des subventin d'Ottawa au pétroe, le ministre Guilbault croit que nous devrions être contents des économies potentielles qu'il compte faire, évaluées  à un milliard de dollars par année. Mais à l'analyse, ce modeste effort de réduction ne prend pas en compte le gros des sommes actuellement envoyées à ce secteur, notamment par le biais de prêts, de garanties de prêts et d'assurances offerts par Exportation et développement Canada (EDC), totalisant 8,7 milliards en 2022.

Alors que les organismes internationaux de protection du climat implorent les gouvernements de laisser les énergies fossiles dans le sol, ces nouvelles mesures conservent les subventions qu'Ottawa considère comme « efficaces ». Ce sont celles qui visent notamment à développer de nouveaux procédés tels que le captage du carbone dont l'efficacité est contestée par l'Agence internationale de l'énergie.

La vérité est que notre appartenance au Canada a forcé le contribuables du Québec à financer en 2022 au minimum 4 des quelque 20 milliards de dollars accordés par Ottawa à l'industrie pétrolière. La seule façon de stopper notre contribution involontaire au désastre climatique est de sortir du carcan canadien.

Campagne de sociofinancement 

Pas d'indépendance sans majorité dans la population !
Pas de majorité à l'Assemblée nationale sans promotion de l'indépendance!

La promotion de l'indépendance nécessite du financement ! Notre campagne de sociofinancement doit atteindre son objectif. Pour ceux et celles qui le peuvent, nous vous invitons à faire au don de 100 $ et plus ou un un don mensuel de 10$.

Vous recevrez en retour des numéros déjà parus du magazine et un abonnement illimité à nos activités et à la présente infolettre.

JE CONTRIBUE

 POUR RECEVOIR CETTE INFOLETTRE MENSUELLE  S'INSCRIRE 




Envoyé par Yapla